J'ai lu jusqu'à la page 252

Eléa continue de nous raconter sa vie. Elle nous raconte qu'elle a reçu dans sa boite au lettre (à l'époque, pas aujourd'hui) deux armes G et deux graines noires que l'état de Gondawa leur a donné à Eléa et à Païkan. La graine noire sert a se suicider (je le pense, ce n'est pas dit très clairement) et l'arme G est une sorte de fusil. Eléa reçoit aussi une lettre holographique de Coban (c'est le grand "scientifique" qui a trouvé la formule "tout ce qui n'existe pas existe") lui demandant d'aller le rejoindre. Elle y va avec Païkan. Coban lui demande d'entrer dans une cabine qui permet d'évaluer la progression psychologique, et plein d'autres trucs, et finalement, Coban ouvre le cabine par une porte secrète et la kidnappe.

Ce chapitre était plutôt épique et bien raconté.

Je pense qu'après, je vais comprendre pourquoi Eléa a été congelée avec Coban.

J'ai hâte de lire la suite.